Dans l'épisode précédent, nous avons vu l'Hygiène au quotidien (faire ses besoins, et se laver un minimum). Nous allons aujourd'hui aborder une thématique plus précise : les cheveux. C'est un sujet important, car suivant les époques ils revêtent d'une symbolique différente : vaillance du guerrier, puissance et  pouvoir, ou encore atout de séduction. Il faut donc en prendre soin.

Nous allons attaquer cet article avec un sujet qui démange : les poux. Ils étaient alors assez bien considérés, car l'on pensait qu'ils nous libéraient de notre mauvais sang et éloignaient les démons. Cela a beau être une bête bénéfique, il arrive un moment où ça démange. On va donc s'en débarrasser, c'est l'épouillage.

DSCF0335

Pour ce faire il faut un peigne et une coupelle pour récupérer les poux qui tombent et les cheveux morts. Les peignes peuvent être en bois, en corne ou en os, et leurs dents sont plus ou moins fines et espacées. Comme à l'heure actuelle on va utiliser un peigne aux dents fines et serrées pour l'épouillage. Une fois l'épouillage terminé, on jette le contenu de la coupelle dehors. Il se pratique entre membre d'une même famille, entre amants, entre maître et servante. Toutefois, il existe des épouilleuses professionnelles qui louent leurs services. Celui qui pensait voir inventé le concept de coiffure à domicile va être très déçu.

Vient ensuite le moment de laver les cheveux. Pour cela il y a le classique Eau + Savon ou quelques recettes plus ou moins complexes dont des recettes de shampoing sec. C'est le cas de la poudre d'iris : en plus de parfumer elle enlève l'excès de sébum. Ensuite on enlève avec un peigne fin.

Pour les cheveux il existe aussi des artifices. Parce que l'herbe est toujours plus verte ailleurs, les blondes veulent être brunes et les brunes veulent être blondes. Voilà une chose qui n'a pas changé.

Pour se décolorer les cheveux, le meilleur moyen reste l'urine. Après l'avoir laisser reposer un certain temps on obtient de l'ammoniac qui décolore les cheveux. Cette technique était beaucoup utilisée dans la région de Venise, ce qui nous a donné le "Blond Vénitien". Pour teindre les cheveux on a une recette du XIe siècle ( extraite des ouvrages de Trotula de Salerne, femme médecin) qui me rappelle une comptine enfantine.

"Appliquer un onguent fait avec un petit lézard vert sans la tête ni la queue et le faire revenir dans l'huile. Tout de suite prendre des pommes de chêne les chauffer dans l'huile, les pulvériser et les mélanger avec du vinaigre et ingrédient noircissant provenant de gaule." Obtient on un escargot tout chaud je ne sais pas.

Les feuilles de noyer ou de chêne entre également dans la composition de produit pour garder de beaux cheveux.

Il ne reste plus qu'à peigner et coiffer. On se démêle les cheveux, ce qui peut être compliqué pour les femmes qui ont les cheveux très longs. Du coup on ruse, les femmes se tressent les cheveux ce qui leur évitent de s'emmeler.

 DSCF0339

Concernant le coiffure, je fait confiance à une Historienne des Cheveux qui publie régulièrement des tutos multi-époque : Janet Stephen

Rendez-vous au prochain épisode !

 

Sommaire : 

 

-  Épisode 1 - Latrines et Rudiments

 Épisode 2 - Les Cheveux

 Épisode 3 - Tous au Bain !

 Épisode 4 - Les soins du corps : une histoire au poil!

- Episode 5 : Les cosmétiques en Occident